Livre d’Hénoch – Chapitres 21-50

 

Livre d’Hénoch

 

Cliquez ici pour Lire l’Introduction du Livre d’Hénoch.

 CHAPITRE 21

Je fis ensuite un long circuit pour arriver à un lieu où rien n’était au complet. Je ne vis là ni l’œuvre admirable du ciel élevé, ni la terre et ses merveilles ; ce n’était qu’un désert solitaire et

hénoch_manuscrits-mer-morte

terrible. Là aussi je vis sept étoiles enchaînées les unes aux autres, comme de grandes montagnes, comme des feux embrasés. Et je m’écriai à cette vue : Pour quel crime ces étoiles sont-elles enchaînées ; pourquoi ont-elles été reléguées dans ce lieu ? Alors Uriel, un des saints anges qui était avec moi et qui me servait de guide, me répondit : Enoch, pourquoi cette question ? pourquoi cette inquiétude, cette anxiété ? Ces étoiles ont transgressé le commandement du Dieu Très-Haut ; et pour expier leur crime, elles ont été enchaînées, dans ce lieu pour un nombre infini de siècles. De là je passai dans un autre lieu de terreur : Là je vis l’oeuvre d’un feu immense, ardent et dévorant, au milieu duquel il y avait une division. Et des colonnes de feu se combattaient entre elles et elles s’enfonçaient dans l’abîme. Et il me fut impossible d’évaluer ni sa grandeur, ni sa hauteur ; je ne pus pas non plus connaître son origine. Et je m’écriai encore à cette vue : Quel lieu terrible ! qu’il est difficile d’en sonder les mystères. Uriel, un des anges qui étaient avec moi, me répondit et me dit : Enoch, pourquoi ces alarmes, pourquoi cet étonnement à la vue de ce lieu terrible, à la vue de ce lieu de souffrance ? C’est ici, ajouta-t-il, la prison des anges ; et ils y seront renfermés à jamais !

CHAPITRE 22

De là, je m’avançai vers un autre lieu, où, du côté de l’occident, je vis une grande et haute montagne, un rocher escarpé, et quatre réceptacles délicieux. À l’intérieur, ce lieu était profond, spacieux, poli et égal, mais d’une profonde obscurité. Alors Raphaël, un des saints anges qui m’accompagnait, me dit : Voici les bienheureuses régions où sont rassemblés les esprits, les âmes des morts ; c’est là qui doivent se réunir toutes les âmes des enfants des hommes. C’est dans ces lieux qu’elles resteront jusqu’au jour du jugement, jusqu’au temps qui leur est marqué. Or, ce temps sera long à venir, c’est le jour du grand jugement. Et je vis les esprits des enfants des hommes qui étaient morts, et leurs cris accusateurs s’élevaient jusqu’au ciel. Alors j’intérrogeai Raphaël, l’ange qui m’accompagnait, et je lui dit : De qui est cette voix accusatrice qui monte vers le ciel ? Il me répondit : C’est la voix de l’esprit d’Abel, qui a été tué par son frère Caïn, et qui l’accusera jusqu’à ce que sa race soit exterminée de dessus la face de la terre. Jusqu’à ce que sa race soit effacée d’au milieu des hommes. Alors je l’intérrogeai sur lui, sur le jugement universel, et je lui dis : Pourquoi les uns sont-ils séparés des autres ? Il me répondit : Il y a trois classes distinctes pour les esprits des morts ; trois classes parmi les esprits des justes. Ces classes sont distinguées par un gouffre, par l’eau et par la lumière qui est sur l’eau. Les pécheurs sont également classés ; après leur mort, ils sont déposés dans la terre, si le jugement ne les a pas prévenus de leur vivant. C’est ici que leurs âmes sont enfermées ; c’est ici qu’elles sont en proie à des douleurs intolérables, châtiment de ceux qui sont maudits pour l’éternité, et dont les âmes seront punies et enchaînées à tout jamais. Et voilà ce qui existe depuis le commencement du monde. Les âmes de ceux qui se plaignent sont séparées de celles qui veillent pour leur ruine, pour leur extermination au jour des péchés. Tel est le séjour destiné aux âmes des hommes injustes et pécheurs, aux âmes de ceux qui ont commis l’iniquité et qui se sont mêlés à la société des impies, auxquels ils ressemblent. Leurs âmes ne seront point anéanties au jour du jugement ; mais enfermées dans ce lieu, elles n’en sortiront jamais. Alors je louai Dieu. Et je dis : Béni soit mon Seigneur, le Seigneur de gloire et de justice, le dominateur suprême et éternel.

CHAPITRE 23

De là j’arrivai dans un autre lieu, du côté de l’occident, aux extrémités de la terre. Où je vis un feu ardent et un mouvement perpétuel, qui roulait nuit et jour, sans jamais s’arrêter. Et j’interrogeai l’ange qui m’accompagnait, et je lui dis : Qu’est cela ? Pourquoi ce mouvement incessant ? Alors Raguel, un des anges qui m’accompagnaient, me répondit : Ce feu ardent, qui se meut sans cesse vers l’occident, est le feu qui embrase tous les luminaires du ciel.

CHAPITRE 24

De là je parvins dans un autre lieu, et je vis une montagne de feu brûlant nuit et jour. Dès que j’en fus rapproché, j’aperçus sept brillantes montagnes, dont l’une était distincte de l’autre. Les pierres dont elles étaient formées étaient belles et étincelantes ; elles brillent et rayonnent à la vue, et leur surface est polie. Il y en avait trois à l’orient, et d’autant plus inébranlables, qu’elles étaient l’une sur l’autre ; et il y en avait trois au midi, également inébranlables. Il y avait aussi de profondes vallées, mais qui étaient séparées les unes des autres. Au milieu s’élevait la septième montagne. Et toutes ces montagnes apparaissaient au loin comme des trônes majestueux, et elle étaient couronnées d’arbres odoriférants. Parmi ces arbres, il y en avait un d’une odeur sans cesse renaissante, et tellement suave, qu’il n’y en avait pas un dans le jardin d’Eden qui exhalât un parfum aussi délicieux. Ses feuilles, ses fleurs, son bois, ne se flétrissaient jamais, et ses fruits étaient beaux. Ses fruits ressemblaient aux fruits du palmier. A cette vue, je m’écriai : Voilà un arbre admirable à voir ; quelles belles feuilles, quels fruits délicieux ! Alors Michael, un des saints et glorieux anges qui m’accompagnait, et qui était à leur tête, me répondit : Enoch, pourquoi ces questions au sujet de l’odeur de cet arbre ? Pourquoi es-tu avide de le connaître ? Alors moi, Enoch, je lui répondis : Je voudrais tout savoir, mais surtout ce qui regarde cet arbre. L’ange me répondit : Cette montagne que tu vois, et dont la tête élevée égale en hauteur le trône du Seigneur, sera le siège où se reposera le Seigneur de sainteté et de gloire, le Roi éternel, quand il viendra et descendra pour visiter la terre dans sa bonté. Quant à cet arbre à la suave odeur, dont le parfum n’a rien de charnel, personne n’y portera la main, jusqu’au jour de jugement. Quand les méchants auront été livrés aux tourments éternels, cet arbre sera donné aux justes et aux humbles. Ses fruits seront réservés aux élus. Car la vie sera plantée dans le saint lieu, du côté du septentrion, vers la demeure du Roi éternel. Alors ils se réjouiront et tressailliront d’allégresse, dans le Saint des saints ; une odeur délicieuse pénétrera leurs os, et ils couleront, comme tes ancêtres, une vie longue sur terre ; et cette vie ne sera troublée ni par les malheurs, ni par les peines, ni par les misères. Et je louai le Seigneur de gloire, le Roi éternel, de ce qu’il avait préparé cet arbre et avait daigné le promettre aux saints.

CHAPITRE 25

De là je me dirigeai vers le centre de la terre, et j’aperçus un lieu fortuné et fertile, où des arbres poussaient sans cesse des rameaux toujours verts. Là je vis encore une montagne sacrée, et au-dessous, sur le flanc oriental, une eau qui coulait vers le midi. J’aperçus encore vers l’orient une autre montagne, également élevée, placée au milieu de vallées profondes, mais étroites. L’eau s’écoulait vers la montagne, du côté de sa partie occidentale ; au-dessous s’élevait une autre montagne. Et, au pied de cette montagne, une vallée étroite, et, au milieu, d’autres vallées profondes et desséchées vers l’extrémité de ces trois montagnes. Or, toutes ces vallées, qui étaient profondes, mais étroites, se composaient d’un immense rocher, sur lequel un arbre était planté. Et dans mon étonnement j’admirai le rocher et les vallées.

CHAPITRE 26

Alors je m’écriai : Que signifie cette terre bénie, ces arbres élevés, et cette vallée maudite qui les sépare ? Et Uriel, un des saints anges qui étaient avec moi, me répondit : Cette vallée est maudite d’une malédiction éternelle. C’est ici que seront rassemblés tous ceux qui se servent de leurs langues pour blasphémer Dieu, qui ouvrent la bouche pour maudire sa gloire. C’est ici qu’ils seront rassemblés, c’est ici que sera leur demeure. Dans le jour suprême du jugement, il sera fait d’eux un grand exemple de justice aux yeux de tous les saints ; car ceux-ci obtiendront grâce devant Dieu, et le béniront tous les jours de leur vie, comme leur Seigneur et leur Roi. Et ils célébreront dans ce jour redoutable du jugement, à cause de la clémence qu’il aura fait éclater sur eux. Alors je me tournai naturellement vers Dieu, et je louai son nom, sa grandeur et sa gloire.

CHAPITRE 27

De là je me dirigeai du côté de l’orient, vers une montagne qui s’élève au milieu du désert, et dont je ne pus apercevoir que la superficie. Elle était couverte d’arbres issus de la semence dont on a parlé, et une eau en descendait. De là une cataracte, composée en apparance de plusieurs autres, s’échappait à l’occident et à l’orient. D’un côté s’élevaient des arbres, de l’autre on voyait de l’eau et de la rosée.

CHAPITRE 28

Alors je m’avançai vers un autre endroit du désert, vers l’orient de la montagne, de laquelle je m’étais approché. Là j’aperçus des arbres de choix, ceux-là surtout qui produisent les aromates aux suaves odeurs, l’encens, la myrrhe, tous arbres distincts les uns des autres. Et il y avait encore en ce lieu, dominant tous ces arbres, une élévation vers l’orient, qui n’était pas éloignée.

CHAPITRE 29

Je vis encore un autre endroit, avec des vallées où s’écoulaient des eaux qui ne tarissaient jamais. Je vis un arbre magnifique qui, pour l’odeur, égalait le lentisque. Et sur les flancs de cette vallée j’aperçus le cinnamome au délicieux parfum. Et je m’avançai vers l’orient.

CHAPITRE 30

Alors j’aperçus une autre montagne, remplie d’arbres, d’où s’échappait une eau semblable au neketra. Son nom était Sarira et Calbanen. Et sur cette montagne j’en vis une autre sur laquelle s’élevaient les arbres d’aloès. Ces arbres étaient chargés comme des amandiers et gros, et le fruit qu’ils produisaient surpassait tout parfum.

CHAPITRE 31

Après cela, je me tournai du côté du nord et je me mis à en considérer les entrées par-dessus les montagnes et j’aperçus sept montagnes couvertes de spic fin, d’arbres odoriférants, de cannelliers et de papyrus. Puis je laissai derrière moi les sommets de ces montagnes et m’avançant vers l’orient, je passai la mer Erythrée. Et quand je l’eus dépassée, je tournai mes pas vers l’ange Zatael, et je parvins au jardin de Justice. Là je vis entre autres, plusieurs arbres élevés, couverts de fleurs. Leurs parfums étaient délicieux, leurs formes variées et élégantes. Il y avait là aussi l’arbre de la science, dont les fruits illuminent l’intelligence de celui qui s’en nourrit. Il était semblable au tamarin, et ses fruits, d’une beauté remarquable, à des grappes de raisins ; son parfum embaumait les lieux d’alentour. Et je m’écriai : Quel bel arbre ! quel spectacle délicieux ! Alors l’ange Raphaël, qui était avec moi, me répondit : Ceci est l’arbre de la science, dont ont mangé ton vieux père et ta vieille mère ; ses fruits les ont illuminés ; leurs yeux ont été ouverts, et après s’être aperçus qu’ils étaient nus, ils ont été chassés du Paradis terrestre.

CHAPITRE 32

Ensuite, je m’avançai vers les confins de la terre ; là, je vis de grandes bêtes, d’apparences diverses, des oiseaux différents de formes et d’aspect, et doués de voix différentes. A l’orient du lieu où se trouvaient ces bêtes, j’aperçus les limites de la terre, et l’endroit où le ciel finissait. Les portes du ciel étaient ouvertes et j’en vis sortir les étoiles. Alors je les comptais à mesure qu’elles sortaient, et j’en notais exactement le nombre. Je pris note également de leurs noms, de leurs courses périodiques, de leurs vicissitudes, à mesure que l’ange Uriel, qui était avec moi, me les expliquait. Car il me les montra toutes, et de toutes il me donna connaissance. Il me fit connaître encore leurs noms, leurs rangs et leurs diverses influences.

Qumran - Lieu de découverte du livre d'Hénoch.

Qumran – Lieu de découverte du livre d’Hénoch.

 

CHAPITRE 33

Puis je me dirigeai vers le septentrion, aux limites de la terre. Et là, vers les confins du monde, je vis un prodige grand et magnifique. Je vis les portes du ciel ouvertes, il y en avait trois distinctes entre elles. Par elles s’échappaient les vents du nord, père du froid, de la grêle, de la glace, de la rosée et de la pluie. D’une de ces portes, les vents soufflaient légèrement ; mais par les deux autres ils soufflaient avec violence, et leur souffle se répandait sur la terre.

CHAPITRE 34

De là, je me dirigeai du côté de l’occident, vers les confins de la terre. Et je vis trois portes, comme du côté du septentrion. Or ces portes étaient de la même grandeur.

CHAPITRE 35

Ensuite je me dirigeai du côté du sud, vers les confins de la terre. Il y avait là également trois portes, par où s’échappaient la rosée, la pluie et le vent. Puis je me dirigeai vers l’orient, aux confins de la terre, où je vis trois portes du ciel tournées du côté de l’orient, et dont l’ouverture était plus petite. Par ces petites portes sortaient les étoiles du ciel, qui suivaient leur invariable vers l’occident ; et cette route brillante était visible en tout temps. Quand je les aperçus, j’élevai ma voix et je louai le Seigneur qui avait formé ces corps lumineux et resplendissants, afin de révéler aux intelligences angéliques et humaines, la magnificence de ses oeuvres ; afin qu’ils célébrassent les uns et les autres, les merveilles de sa puissance, qu’ils glorifiassent les labeurs divins de ses mains, et afin qu’ils le louassent à tout jamais.

CHAPITRE 37

Voici une autre vision, la seconde vision de sagesse, la vision qu’eut Hénoch, fils de Jared, fils de Malaléel, fils de Caïnan, fils d’Enos, fils de Seth, fils d’Adam. C’est là le commencement de cette sagesse, que j’ai reçue pour expliquer et faire aimer à ceux qui habitent sur la terre. Écoutez donc, et comprenez les choses saintes que je viens vous révéler, en présence du Seigneur des esprits. Ceux qui existèrent avant nous ont regardé le ministère de la parole comme un de leurs devoirs. Et nous, qui venons après eux, nous ne mettons aucun empêchement à la prédication de la sagesse ; mais jamais jusqu’à ce jour, il n’a été donné à personne ce qui m’a été donné à moi, la sagesse selon mon entendement, et dans la mesure du bon plaisir de Dieu. Ce que j’ai reçu de lui est vraiment une portion de la vie éternelle. Cette sagesse était formulée dans trois paraboles, que je me suis fait un devoir d’annoncer aux habitants de ce monde.

CHAPITRE 38

Première parabole. Quand l’assemblée des justes sera manifestée à la terre, que les pécheurs seront punis, et recevront aux yeux de tous le châtiment mérité par leurs crimes ; Quand la justice se manifestera devant les justes eux-mêmes ; que leurs œuvres seront pesées par le Seigneur des esprits et leur mériteront de recevoir la récompense promise ; quand la lumière des justes et des élus qui habitent sur la terre, brillera d’un éclat immortel, à ce moment, que deviendra la demeure du pécheur ? Où sera le lieu de repos de celui qui aura rejeté le Seigneur ? Oh ! qu’il vaudrait mieux pour lui, qu’il n’eût jamais existé ! Quand seront révélées les secrètes pensées des justes, les pécheurs subiront un jugement sévère, et les impies seront tourmentés en leur présence. Dès ce moment, les maîtres de la terre cesseront d’être puissants et élevés. Il leur deviendra impossible de contempler les saints en face ; car la lumière des justes et des élus ne peut être contemplée que du Seigneur des esprits. Cependant les puissants de ce monde ne seront point anéantis, ils seront livrés aux mains des justes et des saints. Désormais plus de miséricorde pour eux de la part du Seigneur, car avec le temps de la vie, le temps de la clémence aura passé.

CHAPITRE 39

Dans ces jours-là la race sainte et bénie descendra des hauteurs des cieux, et sa génération habitera avec les fils des hommes. Hénoch a reçu les livres de l’indignation et de la colère, les livres du trouble et de l’agitation. Jamais ils n’obtiendront miséricorde, dit le Seigneur des esprits. Alors la nuée m’enleva, et le vent me souleva sur la surface de la terre, et me transporta aux frontières des cieux. Là j’eus une autre vision. Je vis la demeure et le séjour tranquille des saints. Oui, mes yeux eurent le bonheur de contempler leurs demeures avec celles des anges ; le séjour de leur repos avec celui des saints. Là il y avait des demandes, des prières, des supplications pour les enfants des hommes. La justice coule devant eux comme une onde pure, et la clémence se répand sur la terre comme une précieuse rosée. Et telle est leur existence pour l’éternité. En ce temps-là donc mes yeux contemplèrent la demeure des élus, le séjour de la vérité, de la foi et de la justice. Le nombre des saints et des élus de Dieu sera infini dans tous les siècles. J’ai vu leur demeure placée sous les ailes du Seigneur des esprits. Tous les saints, tous les élus chantaient devant lui, brillant comme le feu ; leurs bouches étaient pleines des louanges de Dieu, et leurs lèvres s’ouvraient pour célébrer le nom du Seigneur des esprits. La justice se tenait debout devant lui. Là je désirai rester, là mon âme soupira après cette demeure. Là était la portion de mon héritage, depuis le commencement ; car telle était sur moi la volonté du Seigneur des esprits. En ce temps-là je célébrai et j’exaltai le nom du Seigneur des esprits, par des bénédictions et des louanges. Car tel est le bon plaisir du Seigneur des esprits. Longtemps mes yeux contemplèrent ces demeures fortunées, et je louai Dieu, en disant : Béni soit-il, béni soit-il à jamais ! depuis le commencement, avant la création du monde, jusqu’à la fin des siècles. Quel est ce monde ? Oui, de toutes les générations ils doivent te bénir, tous ceux qui ne dorment point dans la poussière, mais qui contemplent ta gloire, qui te célèbrent, te magnifient et te bénissent, en disant: Saint, saint, saint est le Seigneur des esprits, qui remplit de son immensité le monde entier des intelligences. Là, mes yeux contemplèrent tous ceux qui ne sont point endormis devant lui, qui se tiennent debout devant lui, qui glorifient en disant : Béni sois-tu, béni soit le nom de Dieu à tout jamais ! Et ma face fut tout à coup changée, en sorte que je ne pouvais plus voir.

CHAPITRE 40

Après cela j’aperçus des milliers de milliers, des myriades de myriades, et un nombre infini d’hommes, qui se tenaient debout devant le Seigneur des esprits. Sous les quatre ailes du Seigneur des esprits, à ses quatre côtés, j’en vis encore d’autres, outre les premiers, qui se tenaient devant lui. J’appris en même temps leurs noms, parce que les anges qui étaient avec moi me les expliquaient, m’en révélant tous les mystères. Alors j’entendis la voix de ceux qui étaient aux quatre côtés ; ils célébraient le Seigneur de toute gloire. La première voix célébrait le Seigneur des esprits dans tous les siècles. La seconde voix que j’entendis célébrait l’élu et les élus qui sont tourmentés pour le Seigneur des esprits. La troisième voix que j’entendis suppliait et priait pour ceux qui sont sur la terre, et qui invoquent le Seigneur des esprits. La quatrième voix que j’entendis repoussait les anges impies, et leur défendait de se présenter devant le Seigneur des esprits afin qu’ils ne suscitent point d’accusations contre les habitants de la terre. Après cela je demandai à l’ange de paix qui était avec moi, de m’expliquer tous ces mystères. Je lui dis : Quels sont ceux que j’ai vus aux quatre côtés du Seigneur, et dont j’ai entendu et écrit les paroles. Il me répondit : C’est d’abord saint Michel, l’ange clément et patient. C’est ensuite saint Raphaël, l’ange qui préside aux douleurs et aux blessures des hommes. Vient ensuite Gabriel, qui préside à tout ce qui est puissant. Enfin c’est Phanuel, qui préside à la pénitence et à l’espérance de ceux qui doivent hériter de la vie éternelle. Tels sont les quatre voix que tu viens d’entendre.

CHAPITRE 41

Ensuite je vis les secrets des cieux et du paradis dans toutes les parties, et les secrets des actions humaines, chacune selon leur poids et leur valeur. Je contemplai les habitations des élus, les demeures des saints. Là aussi mes yeux aperçurent tous les pécheurs qui ont repoussé et nié le Seigneur de gloire, et qui en ont été repoussés. Car le châtiment de leurs crimes n’avait pu encore être décrété par le Seigneur des esprits. Là encore mes yeux contemplèrent les secrets de la foudre et du tonnerre, les secrets des vents, comment ils se divisent quand ils soufflent sur la terre ; les secrets des vents, de la rosée et des nuées. Je vis le lieu de leur origine, l’endroit d’où ils s’échappent, pour aller se rassasier de la poussière de la terre. Là je vis les réceptacles d’où sortent les vents en se séparant ; les trésors de la grêle, les trésors de la neige, les trésors des nuages, et cette même nuée qui, avant la création du monde, planait sur la surface de la terre. Je vis également les trésors de la lune, où ses phases prenaient naissance ; leur commencement, leur glorieux retour ; comme l’une est plus brillante que l’autre ; leur progrès éclatant, leur cours invariable, leur amitié entre elles, leur docilité, et leur obéissance qui les porte sur les pas du soleil, d’après l’ordre du Seigneur des esprits. Oh ! que son nom est puissant dans tous les siècles ! Ensuite fut achevé le sentier de la lune, tant sa partie cachée que sa partie visible, le parcours de son sentier aussi bien de jour que de nuit, chacune, l’une comme l’autre, tournait ses regards vers le Seigneur des esprits, l’exaltant et le louant sans interruption ; d’autant plus que louer est pour elles comme un temps de repos, mais dans le soleil ce sont des retours fréquents à la bénédiction et à la malédiction. La lumière de la lune est pour les élus, comme les ténèbres sont pour les pécheurs ; telle est la volonté du Seigneur des esprits, qui a distingué la lumière des ténèbres, comme il a distingué les esprits des hommes, fortifiant ceux des justes de sa propre justice. Et aucun ange ne les précédera, car aucun d’eux n’a reçu ce pouvoir. Quant au Seigneur, du haut de son trône, il voit toutes les créatures et les juge en souverain.

CHAPITRE 42

La sagesse n’a point trouvé sur la terre de demeure où reposer sa tête ; c’est pourquoi elle fait sa résidence dans le ciel. La sagesse est descendue du ciel pour habiter avec les enfants des hommes, mais elle n’a point trouvé de demeure. Alors la sagesse est retournée vers son divin séjour, et a pris place au milieu des saints anges. Après sa retraite l’iniquité s’est présentée, et elle a trouvé une demeure, et elle a été reçue par les enfants des hommes, comme la pluie est reçue par le désert, comme la rosée est reçue par une terre desséchée.

CHAPITRE 43

Je vis une autre splendeur, et les étoiles du ciel. Je remarquai qu’il les appelait toutes par leur nom, et qu’elles répondaient à son appel. Je le vis qui les pesait dans sa balance de justice, selon leur lumière, la grandeur des espaces qu’elles parcourent, et le jour où elles doivent apparaître ou s’éclipser. La splendeur engendre la splendeur, et leurs mouvements correspondent à ceux des anges et des fidèles. Alors j’interrogeai l’ange qui était avec moi, et qui m’expliquait les mystères, et je lui demandai quels étaient leurs noms. Il me répondit : <<Le Seigneur des esprits t’en a fait voir une image. Ce sont les noms des justes, qui sont sur la terre, et qui croient au nom du Seigneur des esprits dans tous les siècles.>>

CHAPITRE 44

Je vis encore une autre chose remarquable par sa splendeur ; elle émanait des étoiles, et devenait brillante, mais elle ne s’en séparait point.

CHAPITRE 45

Parabole seconde, qui s’adresse à ceux qui nient le nom et la demeure des saints et du Seigneur des esprits. Ils ne monteront point au ciel ; ils ne descendront point sur terre. Voilà quel sera le sort des pécheurs qui renient le nom du Seigneur des esprits ; ils seront réservés pour le jour du châtiment et de vengeance. En ce jour l’Elu siégera sur un trône de gloire. Il statuera sur leur sort, et, confirmant par sa présence les esprits des saints, il assignera une demeure à ceux qui ont mis leur confiance et leur amour dans son nom saint et glorieux. En ce jour, je placerai mon élu au milieu d’eux, je changerai la face du ciel, je l’illuminerai pour l’éternité. Je changerai aussi la face de la terre, je la bénirai ainsi que tous ceux que j’ai choisis, et que je ferai habiter sur la terre, mais pour ceux qui ont commis l’iniquité, ils n’y demeureront plus, car je les ai vus et remarqués. Mais les justes, je les rassasierai de ma paix, je les placerai devant moi ; aux pécheurs la damnation éternelle ; ils seront effacés de dessus la terre.

CHAPITRE 46

Là je vis l’Ancien des jours, dont la tête était comme de la laine blanche, et avec lui un autre, qui avait la figure d’un homme. Cette figure était pleine de grâce, comme celle d’un des saints anges. Alors j’interrogeai un des anges qui était avec moi, et qui m’expliquait tous les mystères qui se rapportent au Fils de l’homme. Je lui demandais qui il était, d’où il venait, et pourquoi il accompagnait l’Ancien des jours ? Il me répondit en ces mots : <<Celui-ci est le Fils de l’homme, à qui toute justice se rapporte, avec qui elle habite, et qui tient la clef de tous les trésors cachés ; car le Seigneur des esprits l’a choisi de préférence, et il lui a donné une gloire au-dessus de toutes les créatures.>> Ce Fils de l’homme que tu as vu, arrachera les rois et les puissants de leur couche voluptueuse, les sortira de leurs terres inébranlables ; il mettra un frein aux puissants, il brisera les dents des pécheurs. Il chassera les rois de leurs trônes et de leurs royaumes, parce qu’ils refusent de l’honorer, de publier ses louanges et de s’humilier devant celui à qui le royaume a été donné. Il mettra le trouble dans la race des puissants ; il les forcera de se coucher devant lui. Les ténèbres deviendront leur demeure, et les vers seront les compagnes de leur couche ; point d’espérance pour eux de sortir de ce lit immonde, car ils n’ont pas consulté le nom du Seigneur des esprits. Ils mépriseront les astres du ciel, et lèveront les mains contre le Tout-Puissant ; leurs pensées ne seront tournées que vers la terre, dont ils voudraient faire leur demeure éternelle ; et leurs œuvres ne seront que les œuvres de l’iniquité. Ils mettront leurs joies dans leurs richesses, et leur confiance dans des dieux fabriqués de leurs propres mains. Ils refuseront d’invoquer le Seigneur des esprits ; ils le chasseront de ses temples, Ainsi que les fidèles qui seront persécutés pour le nom du Seigneur des esprits.

CHAPITRE 47

En ce jour-là, les prières des saints monteront de la terre jusqu’au pied du trône du Seigneur des esprits. Dans ce jour, les saints qui habitent au-dessus des cieux se rassembleront, et d’une voix unanime, ils prieront, ils supplieront, ils célébreront, ils loueront, ils exalteront le nom du Seigneur des esprits, à cause du sang des justes, répandu pour lui ; et ces prières des justes s’élèveront incessamment vers le trône du Seigneur des esprits, afin qu’il leur rende enfin justice, et que sa patience pour les méchants ne soit point éternelle. Dans ce temps, je vis l’Ancien des jours, assis sur le trône de sa gloire. Le livre de la vie était ouvert devant lui, et toutes les puissances du ciel se tinrent debout devant lui et autour de lui. Alors les coeurs des saints étaient inondés de joie, parce que le temps de la justice était arrivé, que la prière des saints avait été entendue, et que le sang des justes avait été apprécié par le Seigneur des esprits.

CHAPITRE 48

Dans ce temps-là, j’aperçus la source de la justice, qui ne tarissait jamais, et d’où n’émanaient une multitude de petits ruisseaux, qui étaient les ruisseaux de la sagesse. C’est là que tous ceux qui avaient soif venaient boire, et ils se trouvaient soudain remplis de sagesse, et ils faisaient leur demeure avec les justes, les élus et les saints. Et à cette heure, le Fils de l’homme fut invoqué devant le Seigneur des esprits, et son nom devant l’Ancien des jours. Et avant la création du soleil et des astres, avant que les étoiles ne fussent formées au firmament, on invoquait le nom du Fils de l’homme devant le Seigneur des esprits. Il sera le bâton des justes et des saints, il s’appuieront sur lui, et ils ne seront point ébranlés ; il sera la lumière des nations. Il sera l’espérance de ceux dont le cœur est dans l’angoisse. Tous ceux qui habitent sur la terre se prosterneront devant lui, et l’adoreront ; ils le célébreront, ils le loueront ; ils chanteront les louanges du Seigneur des esprits. Ainsi l’Élu et le Mystérieux a été engendré, avant la création du monde, et son existence n’aura point de fin. Il vit en sa présence, et il a révélé aux saints et aux justes la sagesse du Seigneur des esprits : car c’est lui qui leur conserve la portion de leur héritage. Car ils ont haï et repoussé loin d’eux ce monde d’iniquité, ils ont détesté ses oeuvres et ses voies, et n’ont voulu invoquer que le nom du Seigneur des esprits. Aussi c’est par ce nom qu’ils seront sauvés, et sa volonté sera leur vie. Dans ces jours-là, les rois et les puissants de la terre qui auront conquis le monde par la force de leurs bras, seront humiliés. Car au jour de l’anxiété et du trouble, leurs âmes ne seront point sauvées, mais ils seront soumis à ceux que j’ai choisis. Je les jetterai comme on jette la paille dans le feu, comme on précipite le plomb dans l’eau. Ils brûleront en présence des justes, ils seront submergés aux yeux des saints, et on n’en trouvera pas même la dixième partie. Mais au jour de leur trouble, la paix règnera sur la terre. Ils tomberont en sa présence, et ne se relèveront plus ; et il n’y aura personne qui puisse l’arracher de ses mains et le secourir ; car ils ont repoussé le Seigneur des esprits et son Messie. Que le nom du Seigneur des esprits soit béni.

CHAPITRE 48

La sagesse s’écoule comme de l’eau, et la gloire devant lui est intarissable dans tous les siècles des siècles, car il est puissant dans tous les mystères de la justice. Mais l’iniquité passe comme l’ombre, pour elle point de demeure stable, car l’Élu se tient debout devant le Seigneur des esprits, et sa gloire dure dans les siècles des siècles, et sa puissance est éternelle. Avec lui habite l’esprit de la sagesse et de l’intelligence, l’esprit de savoir et de puissance, les esprits de ceux qui dorment dans la justice : il juge et discerne les choses les plus cachées. Personne ne peut prononcer un seul mot devant lui, car l’Élu est devant la face du Seigneur des esprits, selon son bon plaisir.

CHAPITRE 49

Dans ces jours, les saints et les élus auront leur tour. La lumière du jour habitera en eux, et la splendeur et la gloire les illuminera. Dans les jours de trouble, tous les maux fondront sur les pécheurs, mais les justes triompheront au nom du Seigneur des esprits. D’autres comprendront enfin qu’il leur faut se repentir et en finir avec les œuvres mauvaises de leurs mains ; ils comprendront qu’ils n’ont pas à attendre de louanges devant le Seigneur des esprits, mais qu’ils peuvent encore être sauvés par son nom. Le Seigneurs des esprits exercera sa miséricorde sur eux ; car, grande est sa clémence et la justice est en ses jugements, et il n’y a point d’iniquité. Aussi quiconque ne fera point pénitence, périra. Non, ils n’auront plus de grâce à attendre de moi, dit le Seigneur.

CHAPITRE 50

Dans ces jours-là, la terre rendra de son sein et l’enfer du sien ce qu’ils ont reçu, et l’abîme rendra ce dont il est redevable. Ils séparera les justes et les saints des méchants, car ce sera pour les premiers des jours de grâce et de salut. Dans ces jours, l’Élu siègera sur son trône, et tous les secrets de la sagesse et de l’intelligence s’échapperont de sa bouche ; car le Seigneur des esprits l’a doté d’une gloire éternelle. Dans ces jours, les montagnes tressailliront comme des béliers, et les collines bondiront comme des agneaux rassasiés de lait, et les justes seront des anges dans le ciel. Leur visage resplendira d’une joie ravissante ; car dans ces jours, l’Élu sera exalté ; la terre tressaillira d’allégresse, les justes l’habiteront, et les élus la fouleront de leurs pieds innocents.

 


Lire Chapitres 51 à 70

Commentaires

Pas encore commenté.

Pseudo:
E-mail:
Acceuil:
Commentaires:
 Ajouter votre commentaire 

*

Translate »